• Filtre for math subject Tous les sujets
  • Filtre for math subjectMaths
  • Filtre for math subjectPhysique-Chimie
      Terminale
    • Physique
      • Mouvements et intéractions
      • Ondes et signaux
      • Conversions et transferts d'énergie
    • Chimie
    • MPSI/PCSI
    • Physique
    • Chimie
  • Filtre for math subjectCorrigés de BAC
  • Filtre for math subjectRévisions Maths lycée
  • Filtre for math subjectPrépa Examens
  • Filtre for math subject Tous les sujets
  • Filtre for math subjectMaths
  • Filtre for math subjectPhysique-Chimie
      Terminale
    • Physique
      • Mouvements et intéractions
      • Ondes et signaux
      • Conversions et transferts d'énergie
    • Chimie
    • MPSI/PCSI
    • Physique
    • Chimie
  • Filtre for math subjectCorrigés de BAC
  • Filtre for math subjectRévisions Maths lycée
  • Filtre for math subjectPrépa Examens

Se frotter les mains

Dans cette vidéo, Mathis du studio aborde l'efficacité du fait de se frotter les mains en hiver en utilisant des équations physiques. Il explique que la puissance de frottement est intégralement transmise à l'épiderme et utilise différentes données telles que l'épaisseur de l'épiderme, la surface de la paume de la main, la masse volumique de l'épiderme et la capacité thermique massique de l'épiderme pour déterminer la masse d'épiderme à chauffer. En utilisant la formule ρ × S × E, où ρ représente la masse volumique, S la surface de la peau de la main et E l'épaisseur de l'épiderme, il obtient une masse d'épiderme de 1,5 × 10-2 kg. Il poursuit en expliquant comment déterminer l'élévation de température lorsque l'on frotte ses mains pendant 60 secondes. Il relie la variation de température à une variation d'énergie à l'aide de la formule échangée : m × c × ΔT, où m est la masse d'épiderme à chauffer, c est la capacité thermique massique et ΔT est la variation de température. En utilisant la puissance de frottement et le temps pendant lequel on se frotte les mains (60 secondes), il obtient une variation de température de 19 degrés. Cependant, il souligne que cette valeur est surestimée en raison de l'hypothèse d'un système fermé, alors qu'en réalité une partie de l'énergie est dissipée dans l'air. En conclusion, il explique que cet exercice permet d'appliquer les lois apprises en physique, mais qu'il faut prendre en compte les hypothèses faites et la réalité du système.

Contenu lié