• Filtre for math subject Tous les sujets
  • Filtre for math subjectMaths
  • Filtre for math subjectPhysique-Chimie
  • Filtre for math subjectCorrigés de BAC
  • Filtre for math subjectRévisions Maths lycée
  • Filtre for math subjectPrépa Examens

Terminale

Première

Seconde

MPSI/PCSI

2BAC SM Maroc

  • Filtre for math subject Tous les sujets
  • Filtre for math subjectMaths
  • Filtre for math subjectPhysique-Chimie
  • Filtre for math subjectCorrigés de BAC
  • Filtre for math subjectRévisions Maths lycée
  • Filtre for math subjectPrépa Examens
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Transformations du plan

Paul donne un exercice sur les transformations du plan complexe. Il demande d'identifier la nature des éléments caractéristiques des applications qui ont des formes différentes. Selon Paul, les transformations peuvent être des translations, des rotations, etc. Dans la première question, il identifie une rotation de centre haut et d'angle moins pi sur 2. Dans la deuxième question, il reconnait simplement la définition d'une translation. Dans la troisième question, il identifie une similitude de centre 1 1 avec un rapport de 2 et une argument pi sur 3. Dans la quatrième question, il découvre une similitude d'angle alpha, de ce et de rapport 1 sur cosinus alpha et de centre 1 0. Paul conclut l'exercice en disant au revoir.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Lieux géométriques

Dans cette vidéo, on examine la relation entre les nombres complexes et leurs représentations géométriques. On nous demande de trouver le lieu géométrique des points vérifiant certaines conditions. Pour la première question, on doit déterminer les points alignés en traduisant une condition sur les complexes en une forme géométrique. Pour la deuxième question, on doit trouver les points où la partie réelle d'un nombre complexe est égale à zéro. Enfin, pour la troisième question, on doit identifier les sommets d'un triangle rectangle à partir de leurs affixes complexes. Les réponses sont présentées sous forme géométrique, telles que des droites, des cercles et des axes de coordonnées.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Théorème de Napoléon

Dans cet exercice, nous devons démontrer que le triangle UVW est équilatéral si et seulement si U - V = -J^2(W - V), où J est une racine cubique de l'unité. Pour prouver cela, nous utilisons la géométrie des complexes. Tout d'abord, nous rappelons que J représente une racine cubique de l'unité, et que les points U, V et W ont des affixes respectives U, V et W. Nous remarquons que si U est l'image de W par une rotation centrée en V avec un angle de π/3, alors le triangle UVW est équilatéral direct. Cela est dû au fait que J est de module 1 et que V est le centre de cette rotation. En partant de cette observation, nous pouvons démontrer que le triangle UVW est équilatéral direct si et seulement si l'équation U - V = -J^2(W - V) est valide. Pour prouver cette équivalence, nous divisons l'exercice en deux sens. Tout d'abord, nous supposons que U - V = -J^2(W - V), ce qui signifie que U est l'image de W par une rotation centrée en V avec un angle de π/3. Ainsi, le triangle UVW est équilatéral direct. Ensuite, nous supposons que le triangle UVW est équilatéral direct, ce qui implique que V - W = V - U. En utilisant les propriétés de J, nous montrons que cela est équivalent à l'équation U + JV + J^2W = 0. Par transitivité, nous obtenons l'équivalence recherchée. Ensuite, nous abordons une question plus géométrique où nous devons construire un triangle équilatéral et trouver son centre de gravité. Nous utilisons les bissectrices pour faciliter la construction, mais cela pourrait aussi être fait avec les médianes ou les hauteurs. Finalement, nous prouvons que le triangle formé par les centres de gravité des triangles b P,C, c Q,A et a R,B est également équilatéral direct. Pour cela, nous utilisons les expressions des affixes de ces points et montrons que leur somme est égale à zéro. De plus, nous montrons que les centres de gravité des triangles UVW et ABC coïncident. En conclusion, nous avons démontré que le triangle UVW est équilatéral direct si et seulement si U - V = -J^2(W - V), en utilisant la géométrie des complexes.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Limite et continuité avec la définition formelle

Paul présente un exercice de manipulation des définitions de limite et de continuité. Le but est de montrer, en utilisant uniquement la définition, que la limite de 3x-1 sur x-5 quand x tend vers 5 par valeur supérieure est égale à plus l'infini. Paul rappelle la définition de la limite et montre comment trouver epsilon en utilisant le fait que x est supérieur ou égal à 5. Ensuite, Paul montre comment prouver la continuité de la fonction en tous points de l'ensemble de définition, à l'exception de 5. Pour cela, il utilise la définition de la continuité et exprime f de x moins f de A en fonction de x moins A. Il restreint ensuite l'ensemble de x et choisit mu pour contrôler x moins A. Enfin, il montre que f de x moins f de A est inférieur ou égal à epsilon en choisissant le mu approprié.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Détermination d'une limite à l'aide de la définition formelle

Dans cet exercice de mathématiques, on cherche à démontrer que la limite d'une fonction bornée est égale à 0. Pour cela, on utilise la définition de la limite, puis on procède par l'absurde. On suppose que la limite est strictement supérieure à 0 et on montre que cela entraîne une contradiction car la fonction dépasserait sa borne. Finalement, on conclut que la limite est bien égale à 0.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Limites de fonctions sinus

Dans cette vidéo sur les limites et la prolongation par continuité des fonctions, on aborde le comportement des sinus en limites. On commence par montrer que la fonction x*sin(x) n'a pas de limite en plus infini en utilisant une technique d'absurde. Ensuite, on montre que la fonction x*sin(1/x) n'a pas de limite en 0 en utilisant des suites. Enfin, on démontre que la fonction x*sin(1/x) est prolongeable par continuité en 0 en utilisant le théorème d'existence de la limite par encadrement. La limite est trouvée et vaut 0, ce qui permet de prolonger la fonction. Cette vidéo est un excellent guide pour comprendre les limites et la continuité des fonctions trigonométriques.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Calculs de limites

Dans cette leçon, on apprend à calculer les limites de certaines fonctions. La première étape est de déterminer la forme de la limite, qui peut être indéterminée. Il peut être nécessaire de manipuler l'expression pour faire apparaître la limite. Les techniques courantes comprennent la factorisation par le terme dominant pour les termes avec des puissances différentes et la multiplication par la conjugaison pour les racines. Une analyse rapide est nécessaire car le calcul de la limite doit être rapide. Dans les exemples donnés, la limite a été trouvée pour être plus l'infini, moins 1 huitième, 1, 5 sixièmes et 1 demi.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Limites de parties entières

Dans cette vidéo, Paul étudie les limites à droite des fonctions f(x), g(x) et h(x) qui sont associées aux parties entières de 1/x, x × partie entière de 1/x et x^2 × partie entière de 1/x. En utilisant le théorème de comparaison et le théorème d'existence de la limite par encadrement, Paul démontre que la limite à droite de f(x) en 0 est plus l'infini, la limite à droite de g(x) en 0 est 1 et la limite à droite de h(x) en 0 est 0.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Détermination d'une limite à l'aide de la définition formelle

Bonjour, je suis Paul et je vais résumer ce cours en utilisant des techniques d'optimisation pour le référencement naturel (SEO). Dans cette vidéo, nous abordons un exercice complexe sur les continuités et les limites. L'énoncé est le suivant : si f(x+1) - f(x) converge vers une limite réelle L lorsque x tend vers l'infini, nous devons montrer que f(x)/x a également la même limite L. Pour résoudre cet exercice, nous commençons par écrire f(x+1) - f(x) convergent vers L. En manipulant cette inégalité, nous obtenons f(x)/x avec des termes qui tendent vers 0. Cependant, nous ne pouvons pas directement utiliser ces informations pour prouver notre résultat. L'idée clé est de sommer cette inégalité sur un n choisi judicieusement, puis de contrôler ces termes pour éviter qu'ils tendent vers 0. Nous utilisons la continuité de f à un certain moment pour borner la fonction et l'écraser avec x tendant vers 0. En résumé, nous démontrons que f(x)/x converge vers L en utilisant des encadrements pour contrôler les termes qui tendent vers 0 et en jouant sur la continuité de f pour borner la fonction. J'espère que vous avez bien suivi. N'hésitez pas à revoir l'exercice si vous avez des questions. À la prochaine fois !
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Caractérisation séquentielle de la limite

Dans cet exercice sur les limites et la continuité, nous avons une fonction f continue en 0. Nous prenons un a dans R et posons un égal à f de a sur 2n. Nous devons déterminer la suite un et en déduire l'expression de f. Nous remarquons que a sur 2n tend vers 0, le point de continuité de f. Nous pouvons donc utiliser la définition séquentielle de la limite en remplaçant x par la suite un. Nous remarquons aussi que f de x est égal à f de 2x. En utilisant ces deux éléments, nous montrons que la suite un est constante et égale à f de a. Par la continuité de f en 0 et le fait que la limite de a sur 2n tend vers 0, nous montrons que f de a est égal à f de 0 pour tout a dans R. Cela prouve que f est constante.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Limites de parties entières

Dans cette vidéo, Paul explique comment les limites de fonctions écrites avec des parties entières se comportent en zéro. Pour la fonction f, il montre que la limite existe et est égale à b/a. Pour la fonction g, il montre que la limite n'existe pas car elle a un comportement différent lorsqu'elle tend vers zéro par valeur positive et négative. Lorsqu'elle tend vers zéro par valeur positive, elle tend vers zéro, alors qu'elle tend vers plus l'infini lorsqu'elle tend vers zéro par valeur négative.
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image
Home Screen Studeo Student Image

Continuité en un point

Dans cette vidéo, Paul traite de la continuité de la fonction g sur R. La fonction g est définie comme étant égale à 1 sur l'hégaryme de valeur absolue de x si x n'est pas égale à moins 1, 0 ou 1, et 0 si x est égale à moins 1, 0 ou 1. La question posée est de savoir en quels points g est continue. Dans un premier temps, Paul traite le cas où x appartient à R privé de moins 1, 0 ou 1, et il montre que g est continue sur cette partie de R. Il étudie ensuite la continuité de g en moins 1, 0 et 1. Il montre que g est continue en 0, mais pas en 1 et moins 1. Par conséquent, la fonction g est continue sur R privé de moins 1 et 1.